Le Lézard
Sujets : Femme, Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Première Nation, CFG

Femmes et filles autochtones disparues et assassinées : des initiatives pour la commémoration, la guérison et la réconciliation mobiliseront des collectivités partout au Canada


Dans le cadre du Fonds de commémoration, plus de 100 projets sous la direction de survivantes, de communautés ou de familles seront financés pour honorer la vie et l'héritage des femmes, des filles et des personnes de la diversité sexuelle et bisexuelles autochtones disparues ou assassinées.

WINNIPEG, le 24 juin 2019 /CNW/ - La commémoration publique est un puissant outil qui aide à honorer les vérités, favorise la guérison et contribue à sensibiliser le public, faisant ainsi progresser la réconciliation. Le gouvernement du Canada sait à quel point il est important de reconnaître les événements passés pour remédier aux causes systémiques de la violence faite aux femmes, aux filles et aux personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones.

Voilà pourquoi l'honorable Maryam Monsef, ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l'Égalité des genres, a annoncé que le gouvernement du Canada investira plus de 13 millions de dollars dans plus de 100 projets commémoratifs d'un océan à l'autre. Ces projets honoreront la vie et l'héritage des femmes, des filles, des membres de la diversité sexuelle et des personnes bispirituelles autochtones disparues ou assassinées.  

Les projets ont été choisis à l'issue de l'appel de propositions que la Ministre a lancé en février 2019 dans le cadre du Fonds de commémoration créé en réponse au rapport provisoire de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, publié en novembre 2017.

La commission d'enquête a déposé son rapport final le 3 juin 2019. En ce moment, le gouvernement du Canada étudie en détail le contenu de ce rapport pour déterminer les prochaines étapes, sachant qu'il faudra une approche globale pour réaliser des progrès réels. Dans un premier temps, le gouvernement du Canada examinera et présentera un plan d'action national contre la violence envers les femmes et les filles autochtones, de même que les Autochtones de la diversité sexuelle et les personnes bisexuelles autochtones.

Citations

« Notre gouvernement est à l'écoute des personnes survivantes et des familles touchées par cette violence. Elles nous ont dit que, pour avancer vraiment, il fallait d'abord prendre le temps de se souvenir collectivement de celles qui sont mortes ou qui ont été portées disparues. Voilà pourquoi nous finançons ces projets commémoratifs qui, d'un bout à l'autre du pays, assureront que nos soeurs d'esprit ne soient jamais oubliées et nous rappelleront que nous avons le pouvoir d'empêcher que se produisent de telles tragédies à l'avenir. »

L'honorable Maryam Monsef, C.P., députée
Ministre du Développement international et ministre des Femmes et de l'Égalité des genres

« Lorsque nous commémorons et nous honorons la vie de celles qui ont été portées disparues et à qui cette vie a été arrachée, nous nous rappelons tout ce qu'ont légué les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, y compris les personnes de la communauté LGBTQ et bispirituelles autochtones, et nous permettons aux familles d'entamer le processus de guérison. »

L'honorable Carolyn Bennett, M.D., C.P., députée
Ministre des Relations Couronne-Autochtones

Les faits en bref

Produits connexes

Liens connexes

Suivez le ministère des Femmes et de l'Égalité des genres :

Document d'information

Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Mettre fin à la violence envers les femmes et les filles autochtones est une question urgente au Canada. Le gouvernement du Canada s'est engagé à éradiquer les causes systémiques de violence et à renforcer la sécurité des femmes et des filles autochtones, ainsi que des personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones.

En 2016, l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a été lancée en tant qu'initiative gouvernementale clé pour éliminer les taux disproportionnés de violence envers les femmes et les filles autochtones. L'Enquête constituait aussi la réponse du gouvernement du Canada à l'appel à l'action n41 de la Commission de vérité et réconciliation.

De septembre 2016 à décembre 2018, la Commission d'enquête a mené une étude et une analyse approfondies sur la question des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées, y compris des personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones, en recueillant de l'information dans le cadre d'audiences communautaires et institutionnelles et en faisant appel aux recherches passées et actuelles et à l'analyse médico-légale des dossiers de la police. L'Enquête a également rassemblé des témoignages provenant de plus de 1?400 témoins, notamment des personnes survivantes de la violence, des familles de victimes, des expertes et experts en la matière ainsi que des gardiennes et des gardiens du savoir.

Le 1er novembre 2017, la Commission d'enquête a publié son rapport provisoire, et le gouvernement du Canada a adopté une approche axée sur la famille pour donner suite aux recommandations formulées dans ce rapport, en reconnaissant la force et le courage considérable des membres des familles des femmes et des filles autochtones disparues ou assassinées qui ont contribué à l'Enquête. Dans le cadre de cette approche, 50 millions de dollars sont octroyés pour :  

La voie à suivre

Le rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a été présenté aux familles, aux personnes survivantes, aux leaders autochtones, ainsi qu'aux gouvernements fédéraux, provinciaux et territoriaux lors d'une cérémonie de clôture télédiffusée à Gatineau (Québec) le 3 juin 2019. Le premier ministre y a pris la parole et a souligné l'engagement du gouvernement du Canada à régler ce problème.

Le gouvernement du Canada accueille la présentation du rapport final et s'engage à mettre fin à la tragédie nationale actuelle des femmes et des filles autochtones et personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles disparues et assassinées et à contribuer à la prévention et à l'élimination de la violence contre elles, au bénéfice des générations à venir. Cela fait partie intégrante de son engagement à l'égard de la réconciliation.

Le rapport final de l'enquête a une portée considérable et complexe, et il traite de multiples problèmes systémiques sous-jacents. Les recommandations de l'Enquête visent plusieurs ordres de gouvernement et diverses parties prenantes et aideront à déterminer les prochaines étapes du gouvernement pour prévenir la violence systémique à l'origine de cette tragédie nationale.

Afin de permettre au gouvernement du Canada de tracer une voie à suivre qui soit holistique et vraiment efficace pour habiliter les femmes, les filles et les personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones, les recommandations devront faire l'objet d'un examen attentif et rigoureux. Les proches étapes du gouvernement du Canada consisteront à examiner et présenter un Plan d'action national pour mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles autochtones, ainsi qu'aux personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones.

Fonds de commémoration des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées

L'Enquête nationale nous rappelle que la commémoration fait partie intégrante du processus de consignation de la vérité, de guérison et de réconciliation.

Le gouvernement du Canada a créé le Fonds de commémoration pour donner suite aux recommandations et aux demandes de mesures préliminaires formulées dans le rapport provisoire de l'Enquête. Le Fonds investira plus de 13 millions de dollars sur deux ans pour aider à honorer la vie et la mémoire des femmes, des filles, des personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones.

En février 2019, la ministre Monsef a lancé un appel de propositions dans le cadre du Programme de promotion de la femme du ministère des Femmes et de l'Égalité des genres, auprès des gouvernements et des organismes autochtones qui travaillent avec les familles, les personnes survivantes et les collectivités pour élaborer et mettre en oeuvre des initiatives de commémoration pour les femmes et les filles disparues et assassinées et les personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones. Le ministère entretient des relations de longue date avec les organismes de femmes autochtones, particulièrement dans la lutte à la violence faite aux femmes et aux filles autochtones, à la fois en offrant des possibilités de financement et en entretenant un dialogue continu.

À l'échéance de la présentation des propositions le 28 mars 2019, le Ministère a confié à des comités d'examen externes autochtones, composés de personnes touchées par la question, dont des membres de familles, des représentants communautaires, des artistes autochtones et des groupes de défense locaux, le mandat d'examiner et de recommander des propositions de financement. Plus de 100 projets ont été approuvés.

Il s'agit notamment de rendre hommage aux femmes et aux filles disparues et assassinées et aux personnes de la diversité sexuelle et bispirituelles autochtones, de se souvenir d'elles, de sensibiliser la population, ainsi que de reconnaître les causes générales et systémiques de la violence. Les activités de commémoration constituent un élément majeur du processus de guérison pour les familles et les personnes survivantes, contribuent à l'éducation et à la sensibilisation de la population, de même qu'au regroupement des collectivités dans le cadre du processus de réconciliation. En voici quelques exemples :

Projets financés

L'annonce d'aujourd'hui met en lumière plus de 100 organismes qui bénéficient d'un soutien financier pour des projets commémoratifs dans le cadre du Fonds de commémoration.

 

SOURCE Ministère des Femmes et de l'Égalité des genres



Communiqué envoyé le 24 juin 2019 à 11:00 et diffusé par :