Le Lézard
Classé dans : Les affaires
Sujets : Droit / Problèmes légaux, Affaires étrangères, Plaidoyer (politique), CFG

Dans la foulée de la condamnation de Maria Ressa, Liberté de la presse Canada demande à Ottawa d'exercer des pressions pour l'application de sanctions contre le président philippin Rodrigo Duterte


Selon le président de Liberté de la presse Canada, en tant qu'organisateur de la prochaine conférence internationale sur la liberté de la presse, le Canada doit démontrer son opposition à cette agression autocratique contre la liberté de la presse

OTTAWA, le 18 juin 2020 /CNW/ - La poursuite motivée par des raisons politiques de la grande journaliste philippine Maria Ressa renforce la nécessité d'appliquer des sanctions internationales pour protéger les droits de la presse, selon Liberté de la presse Canada.

Un régime de sanctions internationales ciblées en réponse à la persécution de journalistes et aux restrictions à la liberté de la presse a été proposé dans un rapport instauré par la première Conférence mondiale sur la liberté de presse, évènement organisé conjointement par les gouvernements du Canada et du Royaume-Uni l'an dernier.

En tant qu'organisateur de la deuxième conférence, un rassemblement mondial en ligne qui aura lieu du 16 au 18 septembre, le Canada devrait utiliser son rôle de chef de file pour promouvoir la proposition de sanctions qui figure dans le rapport du groupe d'experts rédigé par l'avocate Amal Clooney. En plus d'agir à titre de vice-présidente du Groupe d'experts juridiques de haut niveau sur la liberté de la presse, madame Clooney est également l'avocate de Maria Ressa.

Madame Ressa, le site d'information Rappler dont elle est la rédactrice en chef et l'auteur Reynaldo Santos Jr. ont été reconnus coupables de « cyber diffamation » devant un tribunal de Manille le 15 juin dernier, dans le cadre de la plus récente de nombreuses poursuites judiciaires intentées contre la journaliste par le gouvernement Duterte, qu'elle a elle-même qualifié de « guerre de droit » motivée par des raisons politiques.

Shawn McCarthy, président de Liberté de la presse Canada, a déclaré aujourd'hui que le Canada devrait être le fer de lance d'un régime de sanctions internationales. Le gouvernement devrait se servir des Philippines comme exemple d'un endroit où de telles sanctions pourraient s'appliquer, tout en déterminant les mesures que pourrait imposer le Canada de façon unilatérale afin d'indiquer son opposition aux poursuites dont fait l'objet Maria Ressa.

« Si le Canada tient vraiment à jouer un rôle de chef de file à l'échelle mondiale, il ne suffit pas qu'Ottawa lance des banalités sur l'importance de la liberté de la presse pour la démocratie sans envoyer un signal clair de notre mécontentement en ce qui concerne les régimes délinquants », a déclaré M. McCarthy.

Comme l'a expliqué l'avocate de la défense de madame Ressa, Amal Clooney, cette condamnation "est un affront à la primauté du droit, un avertissement très clair à la presse et une atteinte à la démocratie aux Philippines." Il s'agit avant tout d'une préoccupation pour le Canada. »

M. McCarthy demande également à Ottawa d'aborder le cas de Maria Ressa lors du sommet du G7 qui doit avoir lieu en septembre à Washingon, et devant les Nations Unies.

Le rapport rédigé par Amal Clooney souligne que le Canada, en réponse aux violations de la liberté de la presse, a imposé des sanctions financières et en matière d'immigration contre 17 ressortissants saoudiens sous prétexte que ces individus étaient « responsables ou complices de l'exécution extrajudiciaire » du journaliste Jamal Khashoggi.

Des sanctions ont également été imposées à des fonctionnaires et personnalités militaires responsables ou complices de violations des droits de la personne au Venezuela, dont une campagne de répression contre des manifestants et d'autres dissidents, y compris les exécutions extrajudiciaires de dissidents et la privation de la liberté de presse.

Vous pouvez consulter le rapport du groupe d'experts (en anglais) à l'adresse suivante : https://www.ibanet.org/Media-Freedom-Sanctions-report-launch-2020.aspx.

Liberté de la presse Canada assure un suivi sur les questions de liberté de la presse nationale et internationale. Notre mission consiste à célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse et à défendre la liberté d'expression. Par nos activités, notre vigilance et nos relations avec des organisations similaires, nous attirerons l'attention du public sur le droit à la libre expression, les cas de violations de la libre expression et la nécessité d'être pro actif dans la défense de la liberté de la presse.

SOURCE Liberté de la presse Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 07:45
Investissements Purpose Inc. (« Purpose ») est heureuse d'annoncer la publication du premier rapport annuel de son fonds de pension Longevité (« Longevité » ou « le Fonds »), le premier fonds de revenu pour- fonds commun de placement viager conçu...

à 07:40
Exploration Brunswick inc. a le plaisir d'annoncer qu'elle a signé une entente d'option avec Osisko Développement Corp. en vue d'acquérir une participation de 90 % dans la propriété Anatacau (la « Propriété ») située au Québec dans la région de la...

à 07:30
Gestion de placements Manuvie a annoncé aujourd'hui les distributions en espèces estimatives de décembre 2022 pour les fonds négociés en bourse (FNB) de Manuvie. Veuillez noter que ces montants représentent des estimations en date du 14 octobre 2022...

à 07:30
Gestion de placements Manuvie a annoncé aujourd'hui les distributions annuelles réinvesties estimatives de 2022 pour les fonds négociés en bourse (FNB) de Manuvie. Ces distributions annuelles réinvesties représentent généralement les gains en capital...

à 07:15
OpenWay est fière d'annoncer que sa plateforme d'activation de Card-as-a-Service Way4, récemment lancée en Europe et déjà reconnue comme l'une des meilleures solutions technologiques CaaS du marché, est désormais disponible pour les fournisseurs de...

à 07:00
La ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, Sonia Bélanger, annonce aujourd'hui le renouvellement de la convention d'aide financière avec l'Université de Sherbrooke pour la poursuite des activités de la Chaire de recherche sur la maltraitance...



Communiqué envoyé le 18 juin 2020 à 15:30 et diffusé par :