Le Lézard
Sujets : Première Nation, CFG

Le gouvernement du Canada reconnaît l'importance historique nationale du système des pensionnats autochtones et de sites d'anciens pensionnats autochtones


REMARQUE : Le système des pensionnats autochtones est un sujet pouvant causer des traumatismes évoqués par des souvenirs d'abus passés. Le gouvernement du Canada reconnaît la nécessité d'établir des mesures de sécurité afin de minimiser le risque de déclencher une réaction à l'évocation de violences passées. Une ligne d'écoute téléphonique des pensionnats autochtones a été établie au niveau national pour apporter du soutien aux anciens élèves des pensionnats. Vous pouvez obtenir de l'information sur le site Web ou accéder en tout temps à des services de soutien affectif et d'aiguillage en situation de crise en composant le : 1-866-925-4419.

Ces désignations constituent une partie importante de la réponse du gouvernement du Canada à l'appel à l'action 79 du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation. 

GATINEAU, QC, le 1er sept. 2020 /CNW/ - Le système des pensionnats autochtones est une tragédie née des politiques coloniales de l'histoire du Canada; une tragédie qui a eu des effets négatifs sur des générations de peuples autochtones, avec des répercussions durables sur les communautés, les cultures, les économies, les connaissances et les modes de vie traditionnels, les langues, les structures familiales et les liens avec la terre des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Le gouvernement du Canada reconnaît le passé et, avec les peuples et les communautés autochtones, s'engage à faire connaître les expériences des enfants autochtones dans ces écoles pour s'assurer que cette histoire ne sera jamais oubliée.

Aujourd'hui, le ministre de l'Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada, Jonathan Wilkinson, a reconnu l'importance historique nationale du système des pensionnats autochtones comme un événement tragique et déterminant dans l'histoire du Canada. La désignation de deux sites d'anciens pensionnats autochtones à titre de lieux historiques nationaux a également été annoncée aujourd'hui :

Les expériences des anciens élèves et des survivants des pensionnats indiens de Portage La Prairie et de Shubenacadie et d'autres pensionnats du Canada ont touché les membres des communautés des Premières Nations, inuites et métisses pendant des générations.

Diverses formes de pensionnats pour enfants autochtones ont existé au Canada du XVIIe siècle jusqu'à la fin des années 1990. Au cours des XIXe et XXe siècles, un système officiel de pensionnat pour les enfants autochtones a été établi et instauré à l'échelle du Canada. L'intervention concertée du gouvernement fédéral dans les pensionnats a commencé dans les années 1880. Ces pensionnats autochtones ont été administrés et financés par le gouvernement fédéral et largement gérés par certaines églises et organisations religieuses, et ont fini par exister dans presque toutes les provinces et tous les territoires du Canada. On estime qu'au moins 150 000 enfants des Premières Nations, inuits et métis ont fréquenté les pensionnats autochtones gérés par le gouvernement fédéral au Canada. Le dernier pensionnat a été fermé à la fin des années 1990.

Ce système a été imposé aux peuples autochtones dans le cadre d'un effort délibéré pour les assimiler et détruire leurs cultures et leurs identités. De nombreux enfants autochtones ont été retirés de force de leurs foyers et de leurs communautés pour être placés dans des pensionnats autochtones. Pendant leur séjour, les enfants ont souvent été confrontés à des conditions de vie inférieures aux normes, à une discipline sévère, à la négligence, aux abus et à la suppression délibérée de leur langue et de leur culture. Le sort de nombreux enfants des Premières Nations, inuits et métis enlevés reste inconnu et leurs tombes ne sont pas marquées. Les pensionnats autochtones ont eu des effets dévastateurs à long terme sur les survivants, leurs familles et leurs communautés. Les efforts des anciens élèves pour raconter leur histoire et demander justice ont abouti à la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens et le gouvernement fédéral a présenté des excuses.

Le Centre national pour la vérité et réconciliation a proposé que le système des pensionnats autochtones soit considéré comme un événement historique national et sa désignation reflète les commentaires et les recommandations des survivants de partout au pays. Cette désignation constitue une partie importante de la réponse du gouvernement du Canada à l'appel à l'action 79 du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation, qui demandait une commémoration nationale des sites des pensionnats autochtones ainsi que de l'histoire et de l'héritage des pensionnats.

L'ancien pensionnat indien de Portage La Prairie est situé dans la réserve de Keeshkeemaquah, qui fait partie des terres de réserve de la Première Nation de Long Plain au Manitoba. La désignation de ce site a été proposée par la Première Nation de Long Plain. Les enfants qui ont été envoyés dans l'ancien pensionnat indien de Portage La Prairie étaient issus de nombreuses Premières Nations et autres communautés autochtones du Manitoba et d'ailleurs. Parcs Canada a collaboré avec la Première Nation pour raconter les histoires des survivants et déterminer les valeurs historiques du site.

Le site de l'ancien pensionnat indien de Shubenacadie est situé dans le district Sipekni'katik de Mi'kma'ki, qui surplombe le village de Shubenacadie, en Nouvelle-Écosse. Le site a été proposé par le coprésident du Forum tripartite Mi'kmaq-Nouvelle-Écosse-Canada au nom des survivants du pensionnat indien de Shubenacadie et de leurs descendants. Des enfants mi'kmaw et wolastoqkew de la Nouvelle-Écosse, de l'Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick et du Québec ont fréquenté le pensionnat indien de Shubenacadie. Il est également possible que des enfants d'autres communautés autochtones aient fréquenté cette école. Parcs Canada a travaillé avec le demandeur dans le cadre d'un processus de collaboration pour mettre en lumière les expériences des survivants et déterminer les valeurs historiques du site.

Les désignations des lieux historiques nationaux commémorent tous les aspects de l'histoire du Canada, qu'ils soient positifs ou négatifs. Si certaines désignations rappellent des moments de grandeur et de triomphe, d'autres encouragent la contemplation de moments complexes et difficiles qui définissent le Canada d'aujourd'hui. En faisant connaître ces histoires aux Canadiennes et Canadiens, le gouvernement du Canada espère favoriser une meilleure compréhension et des discussions ouvertes sur les cultures et les réalités de l'histoire du Canada.

Citations

« La désignation d'aujourd'hui est le résultat de plusieurs années de travail acharné. Ce site représentera toujours un passé horrible pour les survivants et leurs familles. Plusieurs survivants et membres de la communauté se sont depuis joints aux efforts visant à préserver le bâtiment et leurs histoires parce qu'il s'agit aussi d'une histoire de résilience et d'un long cheminement vers la guérison. Aujourd'hui marque une étape importante pour la Première Nation de Long Plain et un engagement plein d'espoir que nous pouvons travailler en partenariat pour faire mieux pour nos enfants et nos communautés. »

Chef Dennis Meeches 
Première Nation de Long Plain

« En tant que demandeur et coprésident du Comité de travail tripartite sur la culture et le patrimoine, je suis reconnaissant de cette désignation. Entre 1930 et 1967, plus de 1 000 élèves mi'kmaw et wolastoqkew ont fréquenté le pensionnat indien de Shubenacadie, notamment mon père et mes oncles. Bien que le bâtiment ne soit plus en place, nos survivants ont priorisées une désignation à titre de lieu historique national, et nous, en tant que communauté, auront l'occasion de poursuivre notre parcours vers la guérison. Ce site attestera des répercussions des expériences de nos survivants, de leurs familles et communautés, et préservera une partie de l'histoire canadienne qui ne devrait jamais être oubliée. »

Tim Bernard 
Directeur exécutif, Centre culturel Mi'kmawey Debert et coprésident du Comité de travail tripartite sur la culture et le patrimoine

« Cette annonce marque un tournant majeur de notre devoir collectif de nous souvenir. La justice pour les survivants des pensionnats autochtones, les survivants intergénérationnels et tous ceux touchés par cet aspect tragique de l'histoire canadienne, requiert que la vérité ne soit jamais oubliée. Aujourd'hui, nous honorons le courage, la force et la résilience des survivants et de leurs familles qui ont partagé leur réalité. Pendant des années, l'histoire des pensionnats autochtones au Canada a été omise des programmes scolaires et est restée inconnue de plusieurs Canadiens et Canadiennes. Le Centre national pour la vérité et réconciliation demande à l'ensemble de la population canadienne de contribuer à s'assurer que la vérité ne soit jamais oubliée. »

Ry Moran 
Directeur du Centre national pour la vérité et réconciliation

« Afin de bâtir un pays plus juste et équitable, nous devons reconnaître et comprendre notre passé commun. Cela comprend de faire face aux périodes et aux actions difficiles qui existent, notamment les torts qui ont été perpétrés envers les peuples autochtones et le traumatisme intergénérationnel que cela a entraîné. La désignation d'aujourd'hui reconnaît l'importance historique nationale du système des pensionnats autochtones comme une période honteuse de l'histoire du Canada. Les désignations des lieux historiques nationaux commémorent tous les aspects de l'histoire du Canada et nous poussent à reconnaître les moments tragiques de notre histoire commune qui définissent le Canada aujourd'hui. En faisant connaître ces histoires aux Canadiens et Canadiennes, nous espérons favoriser une meilleure compréhension de notre histoire commune alors que nous empruntons la voie de la réconciliation ensemble. »

L'honorable Jonathan Wilkinson 
Ministre de l'Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de Parcs Canada

« Le système des pensionnats autochtones est une tragédie née des politiques coloniales qui ont fait du tort aux enfants, à leurs familles et à leurs communautés. Les désignations d'aujourd'hui constituent une autre étape vers la guérison des survivants et des communautés et aident tous les Canadiens et toutes les Canadiennes à reconnaître le traumatisme intergénérationnel qui touche encore des générations d'enfants et de petits-enfants de ceux qui ont fréquenté les pensionnats autochtones. Cette annonce intervient à un moment où les personnes se dressent contre le racisme systémique, l'injustice et la violence. C'est le moment pour l'ensemble de la population canadienne de lire les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, et il est temps pour nous tous de déterminer quel rôle nous allons jouer pour promouvoir une meilleure compréhension du passé afin de pouvoir apporter les changements nécessaires pour construire ensemble un avenir meilleur. »

L'honorable Carolyn Bennett, M. D., C. P., M. P. 
Ministre des Relations Couronne-Autochtones

Les faits en bref

Documents connexes

Fiche d'information : Le système des pensionnats autochtones 
Fiche d'information : Ancien pensionnat indien de Portage La Prairie 
Fiche d'information : Ancien pensionnat indien de Shubenacadie 

Liens connexes

Agence Parcs Canada  Commission des lieux et monuments historiques du Canada    
Donner suite aux appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation   
Centre national pour la vérité et réconciliation     
Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada   
Ligne d'écoute téléphonique de Résolution des questions de pensionnats indiens   
Cadre pour l'histoire et la commémoration

SOURCE Parcs Canada



Communiqué envoyé le 1 septembre 2020 à 12:00 et diffusé par :