Le Lézard
Sujet : Broadcast feed announcements

Au coeur du Tibet 2020 : À quoi ressemble vraiment la vie des habitants aujourd'hui?


BEIJING, 4 septembre 2020 /CNW/ - L'année 2020 marque le 55e anniversaire de la fondation de la Région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, et, depuis lors, dans l'intervalle, la vie des populations locales a radicalement changé.

Envoyées sur le terrain pour une série spéciale intitulée « Au coeur du Tibet 2020 », trois équipes de reportage de la CGTN, en visite dans différentes parties du plateau, ont ramené une vitrine exposant un nouveau Tibet.

Au fil des étapes, elles sont allées au contact du peuple Deng, une minorité ethnique de la région, ont rencontré des nomades, joué de la musique et interprété une chanson avec des musiciens du lieu.

Ce nouveau Tibet, vu à travers leur regard et que découvre le public, est non seulement une destination touristique de longue date, mais aussi une belle demeure accueillante pour les populations locales.

Une nouvelle ère

Yang Xinmeng, de la CGTN, et Noel, un blogueur vidéo espagnol, se sont rendus auprès du peuple Deng, également connu sous le nom de Dengba, une ethnie qui a un mode de vie traditionnel même aux temps modernes.

Le peuple Deng, qui vit principalement dans les vallées du comté de Zayu, dans la ville de Nyingchi au Tibet, archivent les événements en faisant des noeuds, cultivent les terres agricoles à la faucille et portent toujours un couteau dans un fourreau attaché à la ceinture.

Les équipes de reportage ont également mis en évidence à quoi ressemblent les couteaux tibétains d'une valeur de 100 000 dollars et en quoi ces couteaux diffèrent les uns des autres.

Deux habitants du lieu assis devant une tente noire tibétaine, une habitation traditionnelle des nomades locaux /CGTN (PRNewsfoto/CGTN)

Li Jingjing, de la CGTN, et Daniel Dumbrill, cybervidéaste youtubeur, une autre équipe, se sont entretenus avec quelques nomades lors de leur visite d'une tente noire tibétaine, l'habitation traditionnelle des nomades de la région. L'élevage, leur principale activité, les amène à se déplacer de pâture en pâture à la recherche de meilleures zones de pâturage.

Outre l'élevage et l'agriculture, la musique constitue aussi un élément indispensable de la vie des populations locales. En témoignent Marco et Oscar, la troisième équipe de la CGTN, qui se sont rendus en visite à un studio, à Lhassa, où ils ont appris à jouer du dranyen, un luth de musique folklorique traditionnelle.

Ces dernières années, de talentueux musiciens tibétains, un nombre croissant, dont Denchu AD, sont entrés dans la mêlée. Il a joué l'une de ses chansons à succès, « Si je te rencontre à Lhassa », accompagnés de nos deux reporters au studio.

Dans la ville de Ranwu, située dans le comté de Baxoi, à Qamdo City, un plan touristique, lancé en 2000, a vu promouvoir, selon un membre du gouvernement local, les montagnes enneigées, les prairies et le lac Ranwu, entre autres. « À l'époque, nous n'avions que des vélos, pas de motos ni de téléphones, aujourd'hui, chaque ménage peut se permettre une voiture et un téléphone portable », a-t-il déclaré.

Ces histoires captivantes, qui viennent ponctuer le paysage quotidien de la région, sont celles du nouveau Tibet qui accueille le monde à travers les yeux des reporters de la CGTN.

Vidéo - https://www.youtube.com/watch?v=VLLTCRXuL34
Photo - https://mma.prnewswire.com/media/1248979/Tibetan_Black_Tent.jpg

SOURCE CGTN



Communiqué envoyé le 4 septembre 2020 à 14:18 et diffusé par :