Le Lézard
Sujet : Broadcast feed announcements

« Into Tibet 2020 » : à quoi ressemble vraiment la vie des populations locales de nos jours ?


BEIJING, 4 septembre 2020 /PRNewswire/ -- L'année 2020 marque le 55e anniversaire de la fondation de la région autonome du Tibet dans le sud-ouest de la Chine. La vie des populations locales a radicalement changé depuis.

CGTN a envoyé trois équipes à la découverte de différents endroits du plateau tibétain pour une série spéciale intitulée « Into Tibet 2020 » (Au coeur du Tibet 2020) afin de montrer le visage du nouveau Tibet.

Pendant le voyage, les équipes ont rencontré le peuple Deng, une minorité ethnique de la région, ont croisé des nomades, joué de la musique et interprété une chanson avec des musiciens locaux.

À travers l'objectif de leurs caméras, le public découvre un nouveau Tibet, présenté non seulement comme une destination touristique séculaire, mais aussi comme un cadre de vie magnifique pour la population locale.

Une nouvelle ère

Yang Xinmeng de la CGTN et le vloggeur espagnol Noel ont rendu visite au peuple Deng, également connu sous le nom de Dengba, un groupe ethnique ayant conservé un mode de vie traditionnel.

Les Deng vivent essentiellement dans les vallées du district de Zayu, rattaché à la préfecture de Nyingchi, au Tibet. Ils conservent une trace des événements en faisant des noeuds, utilisent des faucilles pour cultiver les terres agricoles et portent toujours sur eux un couteau dans un fourreau attaché à leur ceinture.

Les équipes ont également montré au public des couteaux tibétains d'une valeur de 100 000 dollars et expliqué en quoi ces couteaux sont si particuliers.

Two local people sit in front of Tibetan black tent, a traditional dwelling of local nomads. /CGTN (PRNewsfoto/CGTN)

Li Jingjing de CGTN et le YouTuber Daniel Dumbrill de l'autre équipe ont discuté avec des nomades lors de leur visite dans une tente noire tibétaine, l'habitation traditionnelle des nomades locaux. L'élevage est la tâche la plus importante pour les nomades qui se déplacent de pâturage en pâturage à la recherche des meilleurs endroits où faire paître leur bétail.

Outre l'élevage et l'agriculture, la musique fait également partie intégrante de la vie des populations locales. Marco et Oscar, de CGTN, ont visité un studio à Lhassa et ont appris à jouer avec Dramyin, un luth de musique folklorique traditionnelle.

Ces dernières années, un nombre croissant de musiciens tibétains talentueux ont fait leur entrée sur la scène musicale. Denchu AD est l'un d'entre eux. Il a joué l'une de ses chansons à succès « Si nous nous rencontrons à Lhassa » avec deux de nos reporters en studio.

En 2000, un plan de promotion du tourisme a été lancé dans la ville de Ranwu, située dans le district de Baxoi, rattaché à la préfecture de Qamdo. Ce plan visait notamment à faire la promotion des montagnes enneigées de la ville, des prairies et du lac Ranwu, selon un membre du gouvernement local. « Nous n'avions que des vélos, pas de motos ni de téléphones. Désormais, les foyers ont tous les moyens de s'acheter des voitures et des téléphones portables », a-t-il expliqué.

Chaque jour, cette terre est le théâtre d'histoires fascinantes alors qu'un nouveau Tibet rencontre le monde à travers les yeux des journalistes CGTN.

Vidéo - https://www.youtube.com/watch?v=VLLTCRXuL34
Photo - https://mma.prnewswire.com/media/1248734/Tibetan_Black_Tent.jpg



Communiqué envoyé le 4 septembre 2020 à 16:21 et diffusé par :