Le Lézard
Sujets : Enfance, Première Nation, DEI

« Nos enfants comptent »


OTTAWA, ON, le 1er juin 2021 /CNW/ - C'est le coeur lourd que la Confédération des centres éducatifs et culturels des Premières Nations diffuse ce message. Nos ancêtres nous ont appris que lorsque l'un des nôtres souffre, nous souffrons tous?; quand l'un des nôtres pleure, nous pleurons tous. Aujourd'hui, nous pleurons tous les 215 enfants enterrés dans une tombe anonyme à l'ancien pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique. Nous pleurons et vivons notre deuil avec les familles des enfants, leurs communautés, leurs nations, leurs ancêtres. Nous offrons nos prières, notre compassion et notre amour aux familles des 215 enfants Tk'emlúps te Secwépemc disparus. Il s'agit de nos enfants, il s'agit de nos proches. Nous rendons hommage à ces 215 enfants. Qu'on s'en souvienne toujours.

Nous sommes horrifiés par cette découverte de restes humains d'enfants. Les familles et les Premières Nations de partout au pays parlent depuis longtemps d'enfants qui sont allés dans les pensionnats autochtones et qui ne sont jamais rentrés chez eux. On ne les croyait pas. La découverte récente des restes humains de 215 ENFANTS démontre à quel point la vérité a été ignorée et niée pendant longtemps. Il est grand temps que le Canada écoute avec ouverture, sincérité et respect les expériences vécues et les vérités des survivants. Il est grand temps que les Canadiens exigent des réponses de leur gouvernement et de leurs communautés religieuses afin de savoir pourquoi il y a des fosses communes cachées d'enfants des Premières Nations. Les Canadiens doivent exiger des comptes pour les mauvais traitements et les décès d'enfants autochtones.

Bien que la mise en berne des drapeaux en hommage aux 215 enfants soit appréciée, d'autres mesures sont nécessaires. Justice doit être rendue pour ces deux cent quinze enfants.

Nous demandons au Canada et à l'Église catholique d'admettre leur responsabilité dans la mort de 215 enfants, et de la dissimulation de leurs dépouilles. Nous demandons au Canada d'ouvrir des enquêtes à l'égard de tous les anciens sites des pensionnats autochtones afin de déterminer si des tombes anonymes ou cachées s'y trouvent, car nous savons tous pertinemment qu'il y a bien plus d'enfants qui ne sont jamais rentrés chez eux. 

À tous les survivants des pensionnats d'un océan à l'autre et aux Tk'emlúps te Secwépemc, nous sommes à vos côtés.

Nous reconnaissons et tenons également notre aîné Percy Casper dans nos prières. Membre de notre conseil d'administration, l'aîné Casper est un survivant, ayant passé dix ans au pensionnat de Kamloops.

Canada : 215 -  n'oubliez jamais ce nombre. Nos enfants comptent.

SOURCE Indigenous Experience



Communiqué envoyé le 1 juin 2021 à 11:53 et diffusé par :