Le Lézard
Sujets : Première Nation, CPG, DEI

Bilan de la Commission Viens - deux ans plus tard - Des pas dans la bonne direction pour l'accessibilité aux services publics


WENDAKE, QC, le 17 sept. 2021 /CNW Telbec/ - Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, présentait ce matin le bilan des actions entreprises par le gouvernement en réponse aux recommandations de la Commission d'enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec (Commission Viens), dont le rapport a été déposé il y a deux ans.  Le Regroupement des centres d'amitié autochtone du Québec (RCAAQ) salue le travail réalisé depuis deux ans par le gouvernement et réitère son intention de poursuivre le travail activement en coopération avec le gouvernement pour assurer la mise en oeuvre des appels à l'action. Les Centres d'amitié autochtones, qui se déploient partout sur le territoire, sont les mieux placés pour offrir des services efficaces et culturellement sécurisants aux peuples autochtones vivant ou de passage en milieu urbain.

Nous sommes satisfaits que le travail important réalisé par nos membres et leurs équipes soit reconnu par le ministre. Cette reconnaissance s'est notamment traduite dans le Mouvement des Centres d'amitié autochtones par l'octroi de financement en matière d'infrastructures et de services de première ligne. Ces investissements incarnent une reconnaissance des besoins spécifiques en matière de santé, de justice, de logement et de sécurisation culturelle, des éléments inhérents à l'amélioration de la qualité de vie des populations autochtones.

L'importance d'un financement structurant

Bien que le RCAAQ reconnaisse ces investissements, il souhaite rappeler qu'il est primordial que le gouvernement du Québec octroie un financement structurant, incluant du financement en infrastructures communautaires, aux Centres d'amitié autochtones pour continuer à mettre en place des services de soutien aux familles, aux femmes et aux enfants. Nous appuyons les priorités du gouvernement envers ces populations : il reste énormément de travail à faire, notamment en matière de protection de la jeunesse, en éducation ainsi qu'à l'intérieur des systèmes de santé et de justice le tout selon une approche de sécurisation culturelle.

« Nos Centres assument déjà depuis de nombreuses années un rôle important auprès des familles, des enfants et des femmes autochtones en milieu urbain, et nous continuerons de le faire. Nous sommes prêts à épauler le gouvernement Legault dans la mise en place des recommandations restantes, dans la mesure où un financement pérenne et prévisible est accordé aux Centres pour leur permettre de continuer à offrir des services adéquats aux Autochtones vivant en milieu urbain ou de passage en ville », souligne Philippe Meilleur, président du RCAAQ.

Un rôle clé pour les Autochtones en milieu urbain

Les Centres d'amitié autochtones présents au Québec sont la plus grande infrastructure de services urbains pour les Autochtones. Au Québec, c'est plus de 55 % de la population autochtone qui habite ou est de passage en ville : une attention particulière et des services sur mesure doivent être accordés à cette population qui a été marginalisée au sein de l'offre de services publics. Nous répondons concrètement aux besoins qui touchent la santé, l'éducation, la petite enfance, le logement, l'employabilité et la justice. Nous offrons des services développés par et pour les Autochtones, en collaboration avec les réseaux publics, qui tiennent compte du contexte historique et culturel, ainsi que de la langue et des valeurs des Autochtones. C'est pour cela que nous croyons qu'un financement structurant est nécessaire pour maintenir un rôle actif et clé.

À propos du Regroupement des centres d'amitié autochtones du Québec

Le RCAAQ représente 10 Centres d'amitié autochtones affiliés dans les villes suivantes : Chibougamau, Joliette, La Tuque, Maniwaki, Montréal, Québec, Senneterre, Sept-Îles, Trois-Rivières et Val-d'Or. Depuis 50 ans, le Mouvement des Centres d'amitié autochtones du Québec milite pour les droits et intérêts des citoyens autochtones dans les villes du Québec en leur offrant un continuum de services de première ligne. La mission des Centres d'amitié est d'améliorer la qualité de vie des Autochtones en milieu urbain, de promouvoir la culture et de bâtir des ponts entre les peuples.

SOURCE Regroupement des Centres d'amitié autochtones du Québec



Communiqué envoyé le 17 septembre 2021 à 17:00 et diffusé par :