Le Lézard
Sujets : Photo/Multimedia, Survey

Tandis que les organismes de bienfaisance font face à une demande accrue de leurs services, 18 % des Canadiens ont réduit leurs dons


Un nouveau sondage Ipsos mené pour le compte de CanDon, la plus grande plateforme pour faire et recueillir des dons en ligne au pays, confirme que 32 % des Canadiens ont disposé d'un plus grand revenu discrétionnaire pendant la pandémie. Les données de RBC suggèrent que les Canadiens ont économisé des sommes record en 2020, et ont amassé 280 G$ supplémentaires.* Des personnes ayant plus d'argent disponible, seulement 17 % ont fait don d'une partie de leurs fonds excédentaire aux organismes de bienfaisance. Ce sondage s'est également penché sur les dons de manière générale : il dévoile que seulement 12 % des Canadiens ont augmenté leurs dons pendant la pandémie, tandis que près de 2 sur 10 (18 %) ont réduit le montant versé aux organismes de bienfaisance. Le reste des répondants se divise en 2 groupes : 25 % qui ne donnent pas d'argent aux organismes de bienfaisance, et 45 % qui n'ont pas changé le montant qu'ils leur versent. Ces tendances sont préoccupantes à un moment où 42 % des organismes de bienfaisance ** sont dans l'incapacité de répondre au besoin accru de services.

D'un point de vue régional, les personnes vivant en Saskatchewan et au Manitoba (25 %) sont plus enclines à diminuer leurs dons de bienfaisance; elles sont suivies par les résidents de la Colombie-Britannique et de l'Ontario (21 %), de l'Alberta et des Provinces de l'Atlantique (16 %) et du Québec (10 %). Vingt-et-un pour cent des femmes et 14 % des hommes ont diminué leurs dons de bienfaisance.

« À un moment où les organismes de bienfaisance font face à une demande de services sans précédent, nous aimerions voir plus de Canadiens faire des dons aux organismes de bienfaisance, a déclaré Marina Glogovac, présidente et chef de la direction de CanaDon. Pendant près de deux ans, de nombreux organismes de bienfaisance canadiens ont eu des difficultés à répondre à la demande croissante de leurs services tout en accusant des baisses importantes de revenus et une capacité réduite. La période des fêtes étant une période critique pour les organismes de bienfaisance, nous demandons aux Canadiens de donner ce qu'ils peuvent à un organisme de bienfaisance ou à une cause qui leur tient à coeur. »

Un peu plus tôt cette année, CanaDon a publié son Rapport annuel sur les dons et a projeté que, de manière générale, les dons de bienfaisance en 2020 avaient diminué de 10 %, pour atteindre le niveau de 2016.

Selon le sondage, 17 % des personnes âgées de 18 à 34 ans ont augmenté leurs dons tandis que seulement 9 % des personnes de 35 à 54 ans et 12 % des personnes d'au moins 55 ans les ont augmentés. Les résidents de l'Ontario (15 %) étaient plus susceptibles de donner plus, suivis par ceux de la Colombie-Britannique et de l'Alberta (13 %), de la Saskatchewan et du Manitoba (10 %), du Québec (9 %) et des Provinces de l'Atlantique (6 %).

« Dans nos précédents Rapports sur les dons, nous avons identifié un écart préoccupant en matière de don : les générations plus jeunes ne donnent pas autant aux organismes de bienfaisance que les générations plus âgées a expliqué Mme Glogovac. Les renseignements que nous livre ce nouveau sondage sont un signe encourageant qui nous donne beaucoup d'espoir pour l'avenir. »

Sur les 32 % de Canadiens ayant de l'argent supplémentaire dans leurs poches pendant cette crise sanitaire, 56 % ont soit investi, soit épargné les fonds excédentaires, tandis que 26 % ont utilisé l'argent pour rénover ou réparer leur maison. Un quart (25 %) ont acheté des biens matériels et des expériences, et 31 % ont profité de l'occasion pour rembourser leurs dettes avec l'argent supplémentaire.

Méthodologie

Le sondage Ipsos a été réalisé entre le 11 et le 15 novembre 2021 pour le compte de CanadaHelps.org. Un échantillon de 1000 Canadiens de plus de 18 ans a été interrogé. Une pondération a ensuite été utilisée pour équilibrer les données démographiques pour s'assurer que la composition de l'échantillon reflète celle de la population adulte selon les données du recensement, mais aussi pour fournir des résultats destinés à se rapprocher de l'univers de l'échantillon. La précision des sondages en ligne Ipsos est mesurée à l'aide d'un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, le sondage est précis à ±3,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20, si tous les adultes canadiens avaient été interrogés. L'intervalle de crédibilité sera plus large parmi les sous-ensembles de la population. Toutes les enquêtes par sondage et tous les sondages peuvent être sujets à d'autres sources d'erreur, y compris, sans s'y limiter, l'erreur de couverture et l'erreur de mesure.

* RBC, The Great Canadian Savings Puzzle, octobre 2021
** Imagine Canada : Enquête sectorielle : Les répercussions inégales de la pandémie sur les organismes caritatifs canadiens, août 2021



Communiqué envoyé le 8 décembre 2021 à 06:05 et diffusé par :