Le Lézard
Classé dans : Santé, Le Covid-19
Sujets : Sondages, Opinions et Recheches, Nouvelles hispaniques, Essais cliniques / Découvertes médicales, DEI

LA PERTE PERSISTANTE DE L'ODORAT DUE À LA COVID-19 ÉTROITEMENT LIÉE À DES PROBLÈMES COGNITIFS DE LONGUE DURÉE


TIRÉ DE LA ALZHEIMER'S ASSOCIATION INTERNATIONAL CONFERENCE 2022

Un séjour en soins intensifs peut également doubler le risque de démence chez les personnes âgées 

SAN DIEGO, 3 août 2022 /PRNewswire/ -- De nouvelles connaissances sur les facteurs susceptibles de prévoir, d'augmenter ou de protéger contre l'impact de la COVID-19 et de la pandémie sur la mémoire et les capacités de réflexion ont été révélées par de multiples études présentées aujourd'hui lors de la Alzheimer's Association International Conference® (AAIC®) 2022 à San Diego et virtuellement.

AAIC 2022

Voici quelques-unes des principales conclusions présentées à l'AAIC 2022 :

« La COVID-19 a rendu malade et tué des millions de personnes dans le monde entier, et pour certaines d'entre elles, les recherches émergentes suggèrent qu'il y a également des impacts à long terme sur la mémoire et la réflexion », a déclaré le Dr Heather M. Snyder, vice-présidente des relations médicales et scientifiques de la Alzheimer's Association. « Étant donné que ce virus va probablement nous accompagner pendant longtemps, l'identification des facteurs de risque et de protection des symptômes cognitifs peut contribuer au traitement et à la prévention des COVID longs à l'avenir. »

La perte persistante de l'odorat prédit mieux les troubles cognitifs que la sévérité de la COVID-19

Des chercheurs argentins travaillant avec l'Alzheimer's Association Consortium on Chronic Neuropsychiatric Sequelae of SARS-CoV-2 Infection ont suivi 766 adultes âgés de 55 à 95 ans exposés à la COVID-19 pendant un an, et ont effectué une série de tests physiques, cognitifs et neuropsychiatriques réguliers. Dans le groupe étudié, 88,4 % étaient infectés et 11,6 % étaient des témoins.

L'évaluation clinique a révélé des troubles de la mémoire fonctionnelle chez deux tiers des participants infectés, lesquels étaient sévères chez la moitié d'entre eux. Un autre groupe chargé d'effectuer des tests cognitifs a identifié trois groupes présentant des performances réduites :

L'analyse statistique a révélé que la perte persistante de l'odorat était un prédicteur significatif de la déficience cognitive, et non la gravité de la maladie initiale de la COVID-19.

« Plus nous aurons une idée de ce qui cause ou tout au moins de ce qui permet de prévoir les personnes qui subiront l'impact cognitif significatif à long terme de l'infection par la COVID-19, mieux nous pourrons les suivre et commencer à développer des méthodes pour le prévenir », a déclaré la Dr Gabriela Gonzalez-Aleman, LCP, professeure à la Pontificia Universidad Catolica Argentina, Buenos Aires.

Un séjour en unité de soins intensifs peut annoncer un risque plus élevé de démence 

Des chercheurs du Rush Alzheimer's Disease Center (RADC), qui fait partie du Rush University System for Health de Chicago, ont utilisé les données de cinq études différentes portant sur des personnes âgées sans démence connue (n=3 822) pour observer les hospitalisations dans les unités de soins intensifs (USI). Les hospitalisations en soins intensifs ont déjà été liées à des troubles cognitifs chez les patients plus âgés, mais peu d'études ont examiné si elles augmentaient le risque de démence.

Ils ont examiné les dossiers de réclamation de Medicare de 1991 à 2018 (pré-pandémie), et ont vérifié chaque année le développement de la maladie d'Alzheimer et de tous les types de démence à l'aide d'une évaluation cognitive standardisée. Au cours d'un suivi moyen de 7,8 ans, 1 991 (52 %) participants ont connu au moins une hospitalisation en USI, 1 031 (27 %) ont effectué un séjour en USI avant l'inscription à l'étude et 961 (25 %) ont effectué un séjour en USI pendant la période d'étude.

Les chercheurs ont constaté que, dans les analyses ajustées en fonction de l'âge, du sexe, de l'éducation et de la race, le fait d'avoir été hospitalisé dans une unité de soins intensifs était associé à un risque 63 % plus élevé de développer la maladie d'Alzheimer et 71 % plus élevé de démence de tous types. La corrélation était encore plus forte dans les modèles ajustés de manière plus poussée pour d'autres facteurs de santé tels que les facteurs de risque vasculaires, les pathologies, les autres conditions médicales chroniques et les handicaps fonctionnels : l'hospitalisation en soins intensifs était associée à un risque 110 % plus élevé de maladie d'Alzheimer et 120 % plus élevé de démence de tous types.

« Nous avons découvert que l'hospitalisation en USI était associée à un risque deux fois plus élevé de démence chez les personnes âgées vivant dans la communauté », a déclaré le Dr Bryan D. James, épidémiologiste au RADC. « Ces résultats pourraient être significatifs étant donné le taux élevé d'hospitalisations en soins intensifs chez les personnes âgées, et notamment en raison de l'augmentation considérable des hospitalisations en soins intensifs pendant la pandémie de la COVID-19. Comprendre le lien entre les hospitalisations en soins intensifs et le développement de la démence est plus que jamais d'une importance capitale. »

« D'autres recherches sont nécessaires pour reproduire ces résultats et élucider les facteurs qui peuvent accroître le risque de démence. Par exemple, le risque de démence est-il dû à la maladie grave qui envoie une personne à l'hôpital ou à des procédures potentiellement modifiables pendant l'hospitalisation ? » a ajouté James.

Un changement de vie positif pendant la pandémie peut atténuer les symptômes cognitifs

Des chercheurs de pays d'Amérique centrale et du Sud et des États-Unis ont examiné si les facteurs sociodémographiques et les changements de vie associés à la pandémie étaient liés au fait de ressentir des symptômes cognitifs, notamment des problèmes de mémoire, d'attention et d'autres capacités de réflexion, pendant les premières phases de la pandémie.

Dans l'étude présentée à l'AAIC, 2 382 adultes hispanophones âgés de 55 à 95 ans (moyenne de 65,3 ans, dont 62,3 % de femmes) de neuf pays d'Amérique latine ont répondu à une enquête en ligne ou par téléphone, ont passé des tests cognitifs électroniques et ont rempli un inventaire évaluant les impacts positifs et négatifs de la pandémie entre mai et décembre 2020. Sur l'ensemble de la population étudiée, 145 (6,09 %) ont présenté des symptômes de la COVID-19.

Les participants provenaient de : Uruguay (1 423, 59,7 %), Mexique (311, 13,1 %), Pérou (153, 6,4 %), Chili (152, 6,4 %), République dominicaine (117, 4,9 %), Argentine (106, 4,5 %), Colombie (50, 2,1 %), Équateur (39, 1,6 %), Porto Rico (19, 0,8 %) et Autres (12, 0,5 %)

Principaux résultats :

« L'identification des facteurs de risque et de protection pour les symptômes cognitifs pendant la pandémie est une étape importante vers le développement d'efforts de prévention », a déclaré le Dr María Marquine, professeure associée aux départements de médecine et de psychiatrie et directrice de la recherche sur les disparités dans la division de gériatrie, de gérontologie et de soins palliatifs de l'Université de Californie à San Diego. « Les changements de vie positifs pendant la pandémie pourraient atténuer l'impact néfaste des changements de vie négatifs sur les symptômes cognitifs. »

« Cette étude est un exemple de la façon dont des chercheurs de divers pays d'Amérique latine et des États-Unis, dont beaucoup n'avaient jamais travaillé ensemble auparavant et disposaient de ressources limitées, se sont réunis dans des circonstances difficiles mais avec un objectif commun, celui de faire progresser la compréhension scientifique de la maladie d'Alzheimer, et des contributions importantes que de tels partenariats multiculturels peuvent apporter », a ajouté Marquine.

À propos de la Alzheimer's Association International Conference®(AAIC®
La Alzheimer's Association International Conference (AAIC) est le plus grand rassemblement de chercheurs du monde entier qui se concentrent sur la maladie d'Alzheimer et d'autres types de démences. Dans le cadre du programme de recherche de la Alzheimer's Association, l'AAIC sert de catalyseur pour générer de nouvelles connaissances sur les démences et favoriser une communauté de recherche vitale et collégiale.
Page d'accueil de l'AAIC 2022 : www.alz.org/aaic/
Salle de presse de l'AAIC 2022 : www.alz.org/aaic/pressroom.asp
Hashtag AAIC 2022 : #AAIC22

À propos de la Alzheimer's Association® 
La Alzheimer's Association est une organisation mondiale de santé bénévole qui se consacre aux soins, au soutien et à la recherche sur la maladie d'Alzheimer. Notre mission consiste à tracer la voie pour mettre fin à la maladie d'Alzheimer et à toutes les autres formes de démences, en accélérant la recherche mondiale, en favorisant la réduction des risques et la détection précoce, et en maximisant la qualité des soins et du soutien. Notre vision est un monde sans Alzheimer et toutes les autres démences®. Rendez-vous sur alz.org ou appelez le 800.272.3900.

*** Les communiqués de presse de la AAIC 2022 peuvent contenir des données mises à jour qui ne correspondent pas à ce qui est rapporté dans les résumés suivants.

Identifiant de la proposition : 66868
Titre : Le dysfonctionnement olfactif, mais pas la sévérité de la COVID-19, prédit la gravité des séquelles cognitives après une infection par le SRAS-CoV-2 chez les personnes âgées amérindiennes
Contexte : La COVID-19 a touché plus de 380 millions de personnes. Les infections peuvent entraîner des séquelles à long terme, notamment des symptômes neuropsychiatriques. Chez les adultes plus âgés, les séquelles de la COVID-19 ressemblent à la maladie d'Alzheimer précoce et peuvent partager avec elle des facteurs de risque et des biomarqueurs sanguins. Le Consortium de la Alzheimer's Association sur les séquelles neuropsychiatriques chroniques de l'infection par le SRAS-CoV-2 (CNS SC2) a établi des définitions harmonisées, ainsi que des méthodes de vérification et d'évaluation pour évaluer et suivre longitudinalement des cohortes de personnes âgées ayant été exposées à la COVID-19. Nous présentons des données sur un an dans une cohorte prospective de l'Argentine.
Méthode : Les participants (n=766) sont des adultes âgés (?60 ans) recrutés à partir du registre de santé provincial contenant toutes les données relatives aux tests de dépistage du SRAS-CoV-2. Nous invitons au hasard des adultes âgés stratifiés par le statut du test PCR COVID-19, indépendamment de la gravité des symptômes, entre 3 et 6 mois après leur guérison. L'évaluation comprend un entretien avec les Schedules for Clinical Assessment in Neuropsychiatry (SCAN) et l'échelle d'évaluation de la démence clinique (CDR), une évaluation neurocognitive, une échelle de réactivité émotionnelle et une évaluation neurologique comprenant un test semi-quantitatif de la fonction olfactive, la fonction motrice, la coordination et la démarche.
Résultat : Nous avons évalué 88,4 % de participants infectés et 11,6 % de témoins. Le niveau d'éducation est de 10,36 ± 5,6 ans et l'âge est de 66,9 ± 6,14 ans. Le niveau de soins pendant la COVID-19 est décrit à la figure 1. Les scores Z cognitifs normalisés classent la cohorte en 3 groupes présentant une baisse de performance par rapport à la cognition normale : déficience de la mémoire uniquement (Monodomaine,11,7 %) ; déficience de l'attention + fonction exécutive sans déficience de la mémoire (Bidomaine,8,3 %) et déficience dans plusieurs domaines (Multidomaine,11,6 %). La régression logistique a montré que la sévérité de l'anosmie, mais pas l'état clinique, prédit de manière significative les troubles cognitifs. Aucun témoin n'avait de dysfonctionnement olfactif. La déficience cognitive est définie par des scores Z inférieurs à (- 2) (tableau 1). L'évaluation clinique avec SCAN a révélé des troubles fonctionnels de la mémoire chez deux tiers des patients infectés (CDR ? 1), qui étaient sévères chez la moitié d'entre eux. Le suivi téléphonique à 1 an a révélé une adhésion élevée (4 participants ont refusé). Cinq étaient décédés au moment du suivi. Les taux de réinfection (entre 10 et 23 %) n'étaient pas affectés par le calendrier de vaccination (tableau 2).
Conclusion : La cohorte longitudinale présentait une adhérence très élevée. Une déficience cognitive et fonctionnelle persistante après une infection par le SRAS-CoV-2 est prédite par une anosmie persistante mais pas par la gravité de la maladie initiale de la COVID-19.

Auteur principal
Dr Gabriela Gonzalez-Aleman, LCP, (gabigoa@gmail.com)
Pontificia Universidad Catolica Argentine, Buenos Aires

Identifiant de la proposition : 61678
Titre : Symptômes cognitifs chez les adultes d'âge moyen et avancé en Amérique latine pendant la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19) : facteurs de risque et de protection
Contexte : La pandémie de COVID-19 a eu un impact sur la vie quotidienne dans le monde entier, avec des conséquences négatives possibles sur la santé cognitive. Les symptômes cognitifs autodéclarés sont liés au développement de la maladie d'Alzheimer et des démences apparentées (MAAD). L'identification des facteurs de risque et de protection des symptômes cognitifs pendant la pandémie constitue une étape importante dans le développement des efforts de prévention de la MAAD. Nous avons voulu examiner les corrélats des symptômes cognitifs chez les adultes d'âge moyen et avancé en Amérique latine avant la disponibilité des vaccins pour prévenir la COVID-19, y compris les facteurs sociodémographiques et les changements de vie.
Méthode : Des adultes hispanophones âgés de 55 à 95 ans (N=2 382, tableau 1) vivant en Amérique latine ont répondu à une enquête en ligne entre mai et décembre 2020. Les symptômes cognitifs ont été évalués via le questionnaire Everyday Cognition (ECog) à 12 items. Les changements de vie négatifs (par exemple, difficultés économiques, activités sociales limitées) et positifs (par exemple, plus de temps de qualité avec les proches, plus de temps dans la nature/à l'extérieur) associés à la pandémie ont été mesurés par le biais d'un sous-ensemble d'éléments de l'Inventaire des impacts des épidémies et des pandémies. Les facteurs sociodémographiques comprenaient l'âge, le nombre d'années d'études, le sexe, la profession et le statut socio-économique (SSE). Les covariables comprenaient le temps écoulé depuis mars 2020 (début estimé de la pandémie en Amérique latine), le pays où l'enquête a été réalisée et le fait d'avoir présenté des symptômes de la COVID-19. Des modèles de régression linéaire multivariables ont été exécutés sur les scores totaux ECog en incluant les covariables et les facteurs sociodémographiques (modèle 1), puis en ajoutant des termes pour les changements de vie négatifs et positifs et leur interaction (modèle 2).
Résultats : Le modèle 1 a montré que le fait d'être une femme (p=0,04), de ne pas avoir un emploi (p=0,02) et d'avoir un statut socioéconomique inférieur (p<0.001) étaient indépendamment associés à davantage de symptômes cognitifs. Le modèle 2 a montré une interaction significative entre les changements de vie négatifs et positifs (p<.001), indiquant que les changements de vie négatifs étaient significativement associés à davantage de symptômes cognitifs, mais cette association était plus faible chez les participants ayant rapporté au moins un changement de vie positif pendant la pandémie (Figure 1).
Conclusion : Les symptômes cognitifs pourraient être plus fréquents dans certains segments de la population latino-américaine, notamment chez les femmes et chez les personnes qui ne travaillent pas et dont le statut socio-économique est faible. L'expérience de changements de vie positifs pendant la pandémie pourrait atténuer l'impact négatif des événements négatifs sur les symptômes cognitifs. Ces facteurs de risque et de protection pourraient être pris en compte dans les efforts de prévention de la MAAD.

Auteur principal
Maria Marquine, PhD, mmarquine@health.ucsd.edu
Université de Californie San Diego, La Jolla, Californie

Identifiant de la proposition : 67719
Titre : Hospitalisation en USI et démence incidente dans des cohortes communautaires de personnes âgées
Contexte : Il a été démontré que les maladies graves et l'hospitalisation en unité de soins intensifs (USI) chez les patients âgés augmentent le risque de déficience cognitive à long terme. Cependant, la plupart des données proviennent de patients recrutés dans l'unité de soins intensifs, sans contrôles ni informations sur la cognition avant l'unité de soins intensifs. Nous n'avons pas connaissance d'un échantillon communautaire permettant d'examiner comment l'hospitalisation en soins intensifs modifie le risque de démence.
Méthode : Nous avons utilisé les données de cinq cohortes épidémiologiques diverses du Rush Alzheimer's Disease Center (RADC) liées aux données sur les demandes de remboursement de l'assurance-maladie de 1991 à 2018 pour observer les hospitalisations en soins intensifs (avant l'inscription au RADC et pendant le suivi du RADC) chez les adultes âgés inscrits sans démence connue. La maladie d'Alzheimer incidente et tous les types de démence ont été évalués à l'aide d'une évaluation cognitive annuelle standardisée. L'association entre l'hospitalisation en USI et la démence incidente a été testée dans un modèle de Cox variant dans le temps, permettant au taux de risque de changer au moment de l'hospitalisation en USI pendant le suivi. Tous les modèles ont été ajustés en fonction de l'âge, du sexe, de l'éducation et de l'origine ethnique. Les modèles entièrement ajustés comprenaient également des termes pour les mesures de base de l'hypertension, du diabète, de l'IMC, des facteurs de risque vasculaire, de la charge de morbidité vasculaire, des autres conditions médicales chroniques, des incapacités fonctionnelles, de la dépression et de l'activité physique.
Résultat : Les participants (n=3 822 ; âge moyen=77,3, ET=7,5) ont été suivis pendant une moyenne de 7,8 ans (ET=5,5) à partir du recrutement pour l'étude. 1 992 (52,1 %) des participants ont été hospitalisés en USI, 1 031 (27,0 %) avant l'inscription au RADC et 961 (25,1 %) pendant le suivi. Dans les modèles ajustés aux données démographiques, l'hospitalisation en USI était associée à un risque accru de démence d'Alzheimer (HR=1,63, IC 95 % = 1,41, 1,88) et de démence de tous types (HR=1,71, IC 95 % = 1,48, 1,97). Dans les modèles entièrement ajustés, l'association était plus forte, les soins intensifs étant associés à un risque double d'Alzheimer (HR=2,10, IC 95 % = 1,66, 2,65) et de démence de tous types (HR=2,20, IC 95 % = 1,75, 2,77).
Conclusion : Nous avons constaté que l'hospitalisation en soins intensifs était associée à un risque deux fois plus élevé de démence chez les personnes âgées vivant dans la communauté que chez celles qui n'avaient pas été hospitalisées en soins intensifs, selon une évaluation cognitive annuelle normalisée. Ces résultats pourraient être significatifs étant donné le taux élevé d'hospitalisation en USI chez les personnes âgées, et l'augmentation des hospitalisations en USI plus récemment pendant la pandémie de COVID-19.

Auteur principal
Bryan James, PhD Bryan_James@rush.edu
Rush Alzheimer's Disease Center, Chicago, Illinois

Logo - https://mma.prnewswire.com/media/1869584/AAIC22_purple_font_rgb_Logo.jpg 


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 19:20
Les représentants des médias sont conviés à une mêlée de presse de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique du Québec, Mme Geneviève Guilbault, qui fera part aux membres des médias des dernières informations concernant le passage...

23 sep 2022
Le mois de septembre 2022 marque la Journée internationale de la charité et coïncide aussi avec le 30e anniversaire de la fondation de Zoomlion. Au cours des trois dernières décennies, Zoomlion s'est acquittée activement de ses responsabilités...

23 sep 2022
Le mois de septembre 2022 est celui de la Journée internationale de la charité, mais aussi celui du 30e anniversaire de la création de Zoomlion. Ces trois dernières décennies, Zoomlion a activement oeuvré à assumer sa responsabilité sociale en...

23 sep 2022
George Courey Inc., une entreprise créée il y a 112 ans, détenue par la même famille depuis quatre générations, a connu une transition réussie de la troisième à la quatrième génération. Mener une entreprise centenaire vers l'avenir nécessite un sens...

23 sep 2022
Du 26 au 29 septembre 2022, la présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), Jennifer Carr, effectuera une visite de stations de soins infirmiers qui desservent des communautés autochtones en région éloignée. La...

23 sep 2022
AstraZeneca Canada s'associe à One Tree Planted, un organisme sans but lucratif qui soutient la reforestation dans le monde entier, pour planter 1 750 arbres aujourd'hui au parc de la Gare de Mont-Saint-Hilaire. Des représentants locaux du bureau du...



Communiqué envoyé le 3 août 2022 à 14:48 et diffusé par :