Le Lézard
Classé dans : Transport
Sujets : Nouveaux produits et services, Première Nation, CFG, DEI

Timbres illustrant les visions d'artistes autochtones sur la vérité et la réconciliation


Émission de quatre timbres mettant en vedette des oeuvres d'artistes inuit, métis et des Premières Nations

OTTAWA, ON, le 28 sept. 2022 /CNW/ - Aujourd'hui, Postes Canada a dévoilé quatre nouveaux timbres qui suscitent sensibilisation et réflexion sur l'histoire tragique des pensionnats autochtones et le besoin de guérison et de réconciliation. Ces timbres seront émis le 29 septembre, la veille de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, et constituent le premier volet d'une série annuelle illustrant la vision d'artistes inuit, métis et des Premières Nations sur la vérité et la réconciliation.

Des années 1830 à 1990, plus de 150 000 enfants inuit, métis et de Premières Nations de partout au pays ont été arrachés des bras de leur famille pour être envoyés dans des pensionnats autochtones créés par le gouvernement fédéral et dirigés par le clergé. Des milliers d'entre eux n'en sont jamais revenus. Dans ces établissements aux conditions non sécuritaires et propices à la maladie, on leur interdisait de parler leur langue maternelle. En plus d'être dépouillés de leur culture et de leurs traditions spirituelles, ces enfants ont subi des sévices physiques, sexuels et émotionnels, dont les traumatismes se font encore sentir chez les survivants et leur descendance.

Cette émission de quatre timbres invite les membres de la population à réfléchir aux injustices et aux traumatismes vécus par des générations de Premières Nations, d'Inuit et de Métis, et à assumer leurs responsabilités en ce qui a trait à la réconciliation. Les timbres sont oblitérés à Brantford, en Ontario, là où était situé le Mohawk Institute, dont l'ouverture au début des années 1830 en a fait le premier pensionnat autochtone du Canada. Par ailleurs, les timbres comportent des mots dans les langues traditionnelles et les dialectes régionaux des artistes qui ont créé les illustrations. 

Jackie Traverse, artiste des Premières Nations (Lake St. Martin, Manitoba) - Anishinaabe, ojibwée

« Cette illustration représente l'espoir du changement. On peut y voir un homme et une femme (les aînées), leurs enfants et leurs petits-enfants. Au centre, le quatre-temps, notre fleur nationale non officielle, avec ses racines qui plongent vers le passé. Elle représente le Canada. L'image nous rappelle que pour que nous puissions tous profiter de récoltes abondantes aujourd'hui et demain, nous devons partager le soleil, l'eau et la terre. »

Jackie Traverse, artiste multidisciplinaire, grandit dans un des quartiers les plus durs de Winnipeg. Sa jeunesse est empreinte de tragédies : sa mère meurt très jeune, et ses frères et soeurs sont enlevés durant la rafle des années 1960. L'artiste utilise le multimédia, la peinture acrylique et à l'huile, l'animation image par image et la sculpture pour créer des oeuvres dont elle puise l'inspiration dans sa culture et sa réalité de femme autochtone vivant à Winnipeg.

Gayle Uyagaqi Kabloona, artiste inuk - Qamani'tuaq (Baker Lake, Nunavut)

« Je crois que chaque groupe au Canada a une responsabilité différente en ce qui a trait à la réconciliation. En tant que peuples autochtones, nous avons une responsabilité envers nous-mêmes et les gens de nos communautés : apprendre ou enseigner nos langues et nos cultures qui ont été attaquées il n'y a de cela qu'une génération. J'ai créé l'image d'une femme qui allume une kudlik [ou qulliq], une lampe de pierre traditionnelle inuite servant à se réchauffer et à s'éclairer, ici symbole de compassion. Cette femme vit selon sa culture comme elle l'a toujours fait, guérissant et prenant soin d'elle-même et des autres. »

Originaire de Baker Lake, au Nunavut, Gayle Uyagaqi Kabloona est issue d'une famille d'artistes inuit renommés. L'art lui permet de faire briller son patrimoine inuit, de nouer des liens avec les autres en faisant rayonner sa culture et d'exprimer son identité autochtone. Elle aime moderniser un visuel traditionnellement inuit, et les vedettes de ses oeuvres sont souvent des femmes fortes. Elle a fondé un atelier de céramique avec un petit groupe de personnes et enseigne l'art comme thérapie dans un centre de guérison pour les Inuit aux prises avec un problème de dépendance situé à Ottawa. L'an dernier, l'artiste a obtenu une résidence à l'Art Gallery of Guelph, en collaboration avec un conservateur inuit, et a produit une nouvelle création qui sera présentée aux côtés des oeuvres de sa grand-mère et de son arrière-grand-mère.

Kim Gullion Stewart, artiste métisse - Athabasca, Alberta (elle vit à Pinantan Lake, en Colombie-Britannique)

« Les fleurs perlées rappellent la nécessité de vivre en symbiose avec la terre, les cours d'eau, les écosystèmes et les uns avec les autres. Sur ce motif, j'ai placé des fleurs perlées sur le tracé des montagnes Rocheuses, les lignes sinueuses qui représentent les rivières et les pointillés qui délimitent les territoires politiques. Bien que les cartes comme celle-ci constituent une archive bidimensionnelle de lieux et de processus historiques, elles sont incomplètes jusqu'à ce qu'elles intègrent des éléments importants pour les peuples indigènes du continent. »

Kim Gullion Stewart est née à Athabasca, en Alberta. Les racines de son père la relient à la patrie métisse de la rivière Rouge, au Manitoba. Elle crée des significations métaphoriques en reliant des procédés artistiques métis (tannage des peaux, perlage, courtepointe) à des procédés artistiques contemporains et graphiques. Sa démarche artistique la pousse à puiser dans les profondeurs de son identité métisse et à réapprendre des systèmes de connaissances métis qui ont été cachés, perdus ou adaptés aux fins de survie. « Les miens dormiront pendant 100 ans, et quand ils se réveilleront, ce seront les artistes qui leur rendront leur esprit. » Cette citation de Louis Riel (1844-1885) est une grande source d'inspiration pour Kim Gullion Stewart.

Blair Thomson, artiste et graphiste

« L'illustration présente des mains superposées à un visage humain. Ces mains représentent deux points de vue : celui des colons, qui masquent la réalité et leur honte, et celui des peuples autochtones, qui couvrent leur visage de tristesse, de douleur et de souvenirs. Des larmes coulent entre les doigts. L'arrière-plan rappelle les fenêtres des pensionnats à travers lesquelles les enfants regardaient en rêvant de retourner chez eux. Les yeux derrière les mains réitèrent que les colons ne doivent plus jamais détourner le regard. »

Blair Thomson est le fondateur et le directeur de création de Believe in, une agence de conception dont les ateliers se situent au Canada et au Royaume-Uni. La démarche artistique de Monsieur Thomson cherche à harmoniser fondements stratégiques, idées uniques et résultats magnifiques. Maintes fois primées, ses oeuvres ont également été publiées dans de nombreuses publications de conception de renom partout sur la planète. Il est le collectionneur, l'archiviste et l'historien responsable de Canada Moderne, une archive du graphisme canadien moderne de 1960 à 1985.

Les timbres et les articles de collection sont en vente sur postescanada.ca et dans les comptoirs postaux partout au pays.

Voici des liens qui vous permettront de trouver les images du timbre et d'autres produits, notre magazine En détail ainsi que d'autres ressources :

SOURCE Postes Canada


Ces communiqués peuvent vous intéresser aussi

à 15:33
Le 29 janvier 2023, Zoomlion Heavy Industry Science & Technology Co., Ltd. (Zoomlion) a livré une série de produits pour une valeur de plus d'un milliard de yuans (148 millions de dollars). Dans le cadre de la stratégie de croissance mondiale de...

à 15:00
Pour que le Canada atteigne ses objectifs climatiques, il est essentiel de réduire la pollution attribuable au secteur des transports. C'est pourquoi le gouvernement du Canada fait en sorte qu'il soit plus facile pour les Canadiens d'acheter, de...

à 14:25
Avec l'installation de la première éolienne dotée de pales de 136 mètres qui fera partie du projet de parc éolien d'Ivovik à Livno, en Bosnie-Herzégovine, la XCC2000, la grue à flèche télescopique pour éoliennes la plus exportée de Chine, a accompli...

à 13:59
Six véhicules se sont rapprochés aujourd'hui de l'objectif ultime d'être nommés Voiture canadienne de l'année 2023 et Véhicule utilitaire canadien de l'année 2023 par l'Association des journalistes automobiles du Canada (AJAC). Les trois finalistes...

à 13:31
Future Electronics a annoncé aujourd'hui que - bien qu'il ne soit plus impliqué dans les opérations depuis quelques années - le président du conseil, président et chef de la direction Robert G. Miller quittera ses fonctions de manière permanente afin...

à 10:14
VIA Rail Canada (VIA Rail) est heureuse d'annoncer qu'elle a été reconnue par Forbes comme l'un des meilleurs employeurs au Canada en 2023. Cette reconnaissance souligne l'environnement de travail positif, le potentiel de croissance et l'équilibre...



Communiqué envoyé le 28 septembre 2022 à 13:15 et diffusé par :